COMMUNIQUE : 2 DEBATS avant le premier tour de la Présidentielle sur TF1 et France 2 : BRAVO mais le compte n’y est pas !

 

 

Paris, le 21 février 2017 – Depuis fin décembre 2016 le Collectif « Trois débats sinon rien »*, fondé par Jacky Isabello, co-fondateur de l’agence CorioLink et Alexandre Malafaye, Président du Think-tank Synopia, soutenu par plusieurs pétitions dont celle du collectif 45 millions d’électeurs milite pour l’organisation de 3 débats avant et 3 débats après le premier tour de l’élection Présidentielle réunissant le plus grand nombre des candidats participant au scrutin final (selon règles Conseil Constitutionnel).

 

Les groupes TF1 et France Télévisions ont annoncé la tenue de 2 débats avant le premier tour

(20 et  23 mars) ou seraient invités les principaux candidats.

 

Notre collectif se félicite de cette avancée, mais le compte n’y est pas pour deux raisons !

  • Les débats d’avant premier tour de l’élection Présidentielle doivent réunir tous les candidats ;
  • Rien n’est proposé à ce jour pour les débats d’après premier tour de l’élection Présidentielle.

 

Equité : Pourquoi exclure « les petits candidats »

des débats d’avant premier tour de l’élection Présidentielle ?

 

Le 8 janvier dernier nous avions saisi Olivier Schrameck, Président du CSA, pour demander à cette institution de s’autosaisir afin d’insuffler les principes permettant aux chaînes de télévision françaises d’organiser les débats.  Dans sa réponse du 26 janvier le CSA nous rappelait qu’il n’était pas habilité à imposer de tels débats alors même » qu’ils étaient très importants pour notre démocratie et nous encourageait à sensibiliser les chaînes et les candidats dans cette direction.

 

Ce fût fait avec beaucoup d’énergie (Olivier Dupont-Aignan, Rama Yade, Charlotte Marchandise ont soutenu officiellement la démarche) !

 

La réponse apportée à ce jour par les chaines est incomplète car elles ne semblent envisager d’inviter que six ou sept des candidats. Cette « discrimination à la diffusion » nous semble peu compatible avec l’esprit et la lettre de nos lois.

Comment admettre qu’un ou une candidate soit autorisé(e) à participer à l’élection présidentielle parce qu’il ou elle aura obtenu le nombre de parrainage exigé par la loi et qu’il/elle serait privé(e) de débat avec ses concurrent(e)s ? Comment une telle discrimination serait-elle compatible avec les règles applicables en termes d’égalité de temps de parole.

 

 

 

En finir avec le seul débat du 2e tour : simple chambre d’enregistrement.

 

A ce jour, rien n’est proposé pour les débats d’après premier tour de l’élection Présidentielle.

 

Depuis 1974, le débat d’entre deux tours est devenu une tradition mais il n’est cependant pas obligatoire. Désormais ce n’est plus suffisant. Il ne peut y avoir un seul débat entre les deux tours. Les quinze derniers jours de campagne doivent offrir aux électeurs Français un débat contradictoire, une confrontation projet contre projet. Un gagnant et un perdant. La politique est un combat. Le combat est manichéen !

Pour Alexandre Malafaye, co-fondateur : « un seul débat, trop court, trop corseté, trop verrouillé par les équipes de campagne, ne permet pas à un leader de s’affirmer, ne permet plus à l’électeur français pas de saisir les aptitudes réelles de celles et ceux qui aspirent à diriger la France ».

 

Les Français ont affirmé leur intérêt pour des formats télévisés longs, studieux réunissant l’ensemble des candidats : les audiences spectaculaires, plus de 21 millions de téléspectateurs pour les seules chaines de télévision lors chaque série de débats des primaires fin 2016, en sont la preuve.

 

A propos du collectif :

 

Le Collectif « Trois débats sinon rien » à demandé au CSA d’institutionnaliser de nouveaux débats télévisés entre tous les candidats. Le débat politique à la télévision sous forme de confrontation entre les candidats à une élection plaît aux Français. Le Collectif est persuadé qu’il est un moyen puissant pour faire reculer l’abstention.

 

Jacky Isabello et Alexandre Malafaye, co-fondateurs du Collectif complètent : « Nous croyons au débat politique. Il n’y a qu’en réunissant plusieurs fois de suite l’ensemble des compétiteurs que nous déterminerons, grâce à la télévision, qui mérite nos suffrages. La télévision est l’un des secteurs industriels les plus réglementés. Aussi incroyable que cela puisse paraître, aucune règle ne détermine l’organisation de débats télévisés, temps fort pourtant essentiel dans la vie de notre démocratie médiatique ! Par ailleurs, il faut combattre l’abstention. Les débats entre les politiques, du fait de la masse des engagements qu’ils suscitent créent de l’attention vis-à-vis de la chose publique. C’est à ce prix que les électeurs les plus éloignés des urnes y retourneront… avec connaissance, confiance et envie ! »

 

Comment soutenir la démarche

 

Notre site Internet – www.troisdebats2017.tv – collecte les soutiens, propose une mécanique d’engagement sur les réseaux sociaux à travers toutes les voix admises aujourd’hui grâce aux outils du digital (Twitter – @3Debats_2017 ; vos vidéos sur une chaîne YouTube ; activation de page FB).

 

La télévision renforce la démocratie citoyenne 

 

* Collectif « Trois débats sinon rien » (fondé par Jacky Isabello, co-fondateur de l’agence CorioLink et le Think tank Synopia)

 

Contacts Presse :

Urielle Dutartre – 06 62 82 71 62 : urielle.dutartre@coriolink.com

Jacky Isabello – 06 03 12 46 82 : jacky.isabello@coriolink.com ;

Alexandre Malafaye – 06 07 73 23 70 : alexandre.malafaye@synopia.fr

Troisdebats2017.tv ; @3Debats_2017

2017-02-22T06:53:41+00:00