Communiqué – Polémiques sur les débats Télévisés avant le premier tour. Une opportunité pour les Chaînes parlementaires ?

Paris, le 28 février 2017 – Depuis fin décembre 2016 le Collectif « Trois débats sinon rien », fondé par Jacky Isabello, co-fondateur de l’agence CorioLink et Alexandre Malafaye, Président du Think-tank Synopia, soutenu par plusieurs pétitions dont celle du collectif 45 millions d’électeurs, milite pour l’organisation de 3 débats avant et 3 débats après le premier tour de l’élection Présidentielle réunissant le plus grand nombre des candidats participant au scrutin final (selon règles Conseil Constitutionnel).

 

Le 9 janvier 2017, notre collectif a saisi le CSA. Dans sa réponse du 26 janvier 2017, le CSA nous a invité « à sensibiliser les radios et les télévisions aussi bien que les candidats aux avantages qu’ils retireraient de l’organisation répétée de débats électoraux », ce que notre collectif n’a pas manqué de faire. Benoit Hamon, Nicolas Dupont-Aignan, Rama Yade, Jacques Cheminade, Charlotte Marchandise et Nathalie Arthaud ont officiellement soutenu la démarche !

 

Les chaînes de télévision ont réagi et deux formats distincts semblent avoir été retenus.

  • Un débat organisé par TF1 réunissant les candidats crédités d’au moins 10 % dans les sondages ;
  • Deux débats organisés par France Télévisions dont l’un réunissant dans un premier temps tous les candidats déclarés et l’autre tous les candidats validés par le conseil constitutionnel.

 

Dès lors, comment admettre que le ou la candidate déclaré(e) crédités de moins de 10 % dans les sondages soit privé(e), sur TF1, de débat avec ses concurrent(e)s? Comment une telle discrimination serait-elle compatible avec les règles applicables notamment en termes d’égalité de temps de parole ? Cette situation amène notre collectif à réagir et à formuler de nouvelles propositions :

  • Refuser la formuler proposée par TF1
  • Compléter la formule proposée par France Télévisions avec des débats sur les chaines parlementaires et les radios

Une opportunité à saisir pour les chaînes parlementaires

  1. À l’origine des premiers débats : les chaînes parlementaires – LCP/ Public Sénat

En 2006, Les chaîne Parlementaire et Public Sénat accueillaient lors de trois débats les trois candidats à l’investiture socialiste. À l’évidence, les chaînes d’information politique ont un rôle essentiel à jouer lors de cette campagne pour l’élection présidentielle, et ainsi contribuer à réduire l’abstention, ou le vote par défaut, ou sans motivation, de millions d’électeurs qui n’auraient pu bénéficier d’un niveau d’information satisfaisant.

La proposition de notre collectif : LCP et Public Sénat devraient accueillir aussi les débats à leurs meilleures heures d’audience entres les candidats volontaires ayant obtenus leurs parrainages (quels que soient leurs scores dans les sondages).

Les radios ont aussi leur rôle à jouer

 

  1. Des débats avec les RADIOS.

Dans sa réponse du 26 janvier 2017, le CSA fait référence à deux reprises « aux services de radio et de télévision » et aux « médias audiovisuels ». Or, force est de constater que les grandes radios ont largement contribué, par leurs audiences et leur relais d’informations, au succès des débats organisés lors des primaires.

La proposition de notre collectif : il nous paraît souhaitable de reproduire cette association vertueuse des médias audiovisuels, et ainsi de recommander aux chaînes de télévision organisatrices d’associer les grandes radios nationales.

Jacky Isabello et Alexandre Malafaye, co-fondateurs du Collectif complètent : « La campagne programmatique ne démarre pas. Cet état de fait renforcé par les affaires et les tractations politiciennes, impose l’impératif de multiplier les débats entre l’ensemble des candidats. Il n’y a qu’en réunissant plusieurs fois de suite l’ensemble des compétiteurs que nous déterminerons, grâce à la télévision, qui mérite nos suffrages. La télévision est l’un des secteurs industriels les plus réglementés. Aussi incroyable que cela puisse paraître, aucune règle ne détermine l’organisation de débats télévisés, temps fort pourtant essentiel dans la vie de notre démocratie médiatique ! Par ailleurs, il faut combattre l’abstention. Les débats entre les politiques, du fait de la masse des engagements qu’ils suscitent créent de l’attention vis-à-vis de la chose publique. C’est à ce prix que les électeurs les plus éloignés des urnes y retourneront… avec connaissance, confiance et envie ! »

 

A propos du collectif :

Le Collectif « Trois débats sinon rien » à demandé au CSA d’institutionnaliser de nouveaux débats télévisés entre tous les candidats. Le débat politique à la télévision sous forme de confrontation entre les candidats à une élection plaît aux Français. Le Collectif est persuadé qu’il est un moyen puissant pour faire reculer l’abstention.

 

Contacts Presse :

Urielle Dutartre – 06 62 82 71 62 : urielle.dutartre@coriolink.com

Jacky Isabello – 06 03 12 46 82 : jacky.isabello@coriolink.com ;

Alexandre Malafaye – 06 07 73 23 70 : alexandre.malafaye@synopia.fr

 

Troisdebats2017.tv ; @3Debats_2017

2017-02-28T12:46:11+00:00